CLINIQUE DU GENOU
CLINIQUEDU GENOU

LE SYNDROME ROTULIEN

VOUS AVEZ UN 
SYNDROME ROTULIEN?


QU’EST-CE QUE C’EST ?

Il s’agit d’un fonctionnement anomal de votre rotule, petit os situé en avant de votre genou. Cette rotule coulisse mal dans son rail. Cela provoque un frottement anormal, à l’origine d’une inflammation et d’une usure du cartilage. Le cartilage étant la « peinture » qui recouvre la rotule et lui permet de glisser contre le fémur.

QUELS SONT LES SIGNES DE CE 
« SYNDROME ROTULIEN » ?

Les douleurs :

- lorsque vous êtes en position assise prolongée (en voiture, au cinéma par exemple), votre genou s’engourdit dans une sensation d’étau. Vous sentez le besoin d’allonger la jambe. Ou de faire « craquer votre genou ».
[pourquoi ? parce que la zone enflammée de votre rotule ne supporte pas d’être plaquée en permanence contre le fémur. Elle vous oblige alors à bouger, à changer de position pour ne plus appuyer sur cette zone. Un peu comme si quelqu’un posait son doigt sur un « bleu », un hématome, et que vous repoussiez ce doigt pour éviter la douleur.]
-dans les escaliers, notamment en descendant, votre genou vous gène, ou flanche. Cela est parfois notable dans une randonnée en montagne, lors de la descente. 
[pourquoi ? parce qu’en position de descente, la rotule se plaque fortement contre le fémur pour raidir votre membre inférieur et vous empêcher de tomber. Si votre rotule est enflammée par le syndrome rotulien, elle sera d’autant plus douloureuse]

D’autres signes :

- les craquements fréquents du genou. 
- l’impression que la rotule sort de son rail et se réemboîte aussitôt.
- Une sensation de crissement à l’intérieur du genou
- une sensation de lourdeur, d’échauffement du genou.


QUELLES SONT LES CAUSES DE MON SYNDROME ROTULIEN ?

Il s’agit d’une forme anormale du genou, et/ou d’un glissement anormal de la rotule sur son rail fémoral.

Normalement, lorsqu’on est debout pieds joints, les deux genoux se touchent.

- chez 1% des gens, les genoux sont trop écartés : c’est le « genu varum ». Les rotules ne glissent plus sur un rail bien droit. En pliant le genou, elles ont tendant à sortir du rail, comme un train dans un virage. Cela engendre un frottement sur l’extérieur de la rotule qui s’use et s’enflamme.

- parfois, plus rarement, les genoux se touchent mais les pieds restent écartés : c’est « genu valgum », qui engendre aussi un frottement anormal.

- parfois, on a une jambe plus longue que l’autre. Cette « inégalité de longueur des membres inférieurs » provoque aussi un dérèglement de la mécanique de glissement de la rotule. 
Parfois enfin, les muscles qui s’insèrent sur la rotule et la font glisser sont déséquilibrés.

-l’excès de poids : les kilos superflus appuient sur la rotule et la rendent plus sensible.


QUEL TRAITEMENT VOUS EST PROPOSE PAR LA

CLINIQUE DU GENOU ?

Il s’agit d’un traitement médical. La chirurgie est inutile dans le syndrome rotulien. Ce traitement comporte quatre points :

1 – LES SEMELLES ORTHOPEDIQUES

Elles vont compenser une inégalité de longueur des deux membres, compenser un désordre de la voûte plantaire, ré axer au mieux la rotule dans son rail, qui coulissera ainsi de manière harmonieuse. Elles amortissent en plus les chocs transmis par les pieds vers les genoux, reposant ainsi le cartilage enflammé.
Ces semelles devront être portées dans toutes les chaussures, de ville et de sport. Au mieux pour toujours. Ces semelles soulageront vos genoux, mais aussi vos hanches et votre colonne vertébrale.

2 – LA REEDUCATION

Est essentielle, minutieuse et prolongée. Une fois ou deux par semaine. Elle consiste en un ensemble d’exercices spécialisés, qui ont pour but de ré axer la rotule dans son rail (en rééquilibrant les muscles qui la font travailler), et de décoller cette rotule pour diminuer son frottement (par des étirements notamment). Elle a aussi un rôle antalgique au début, par l’action anti-inflammatoire de la physiothérapie (application d’ondes, de froid etc.).

3 – LA GENOUILLERE

Avec son orifice entouré de silicones, la genouillère recentre la rotule et l’empêche de sortir de son rail lors des activités sportives. Une journée de travail difficile, ou une longue marche peut aussi justifier le port de cette genouillère. Elle ne doit en tout cas pas être portée en permanence, et jamais la nuit.

4 – LES MEDICAMENTS

ART 50 renforce le cartilage enflammé de la rotule. Il ne peut en aucun cas reconstituer du cartilage neuf. Mais il peut améliorer celui qui est encore présent.

CHONDROSULF 400 a un effet similaire.
LES ANTI INFLAMMATOIRES ne sont justifiés qu’en cas de douleur notable et très peu de temps.


QUELS SPORTS POUVEZ VOUS PRATIQUER AVEC

CE SYNDROME ROTULIEN ?

Le meilleur sport est la NATATION. Mais pas la brasse, qui fait sortir les rotules. Le CRAWL (avec les battements de jambe) est le sport idéal.
Les kinésithérapeutes sont des entraîneurs sportifs : ils vous guideront pour la reprise des autres sports.


D’AUTRES CONSEILS ET QUESTIONS SUR CE SYNDROME ROTULIEN ?

 

MAIGRIR ? 
Les kilos superflus augmentent considérablement le travail de vos rotules. Un kilo de trop, c’est huit kilos de plus pour votre rotule, notamment dans les descentes d’escalier…

 

LES RANDONNEES EN MONTAGNE ?  Elles sont redoutables pour vos rotules : mettez les genouillères, prenez un bâton de randonneur (à tenir dans la main opposée au genou douloureux), limitez au maximum le poids de votre sac à dos.


Y A-T-IL UNE PREDISPOSITION GENETIQUE OU FAMILIALE A CE SYNDROME ROTULIEN ? 
Oui. La forme globale des genoux est souvent génétiquement transmise. Une bonne précaution pour vos enfants en fin de croissance sera de leur faire porter des semelles s’ils ont aussi un « genu varum » (voir plus haut). De plus, certains ont le cartilage naturellement plus fragile que d’autres, prédisposant à son usure plus rapide.

 

QUELLE EST L’EVOLUTION

D’UN SYNDROME ROTULIEN

MAL TRAITE ? 
Les douleurs persistent. Les frottement anormal de la rotule finit avec les années par user le cartilage qui la protège : c’est l’arthrose du genou. D’où l’importance du traitement médical bien conduit.


QUE FAIRE EN CAS D’ECHEC DU TRAITEMENT MEDICAL ?

Le traitement a  t’il été réellement

bien suivi, des semelles faites par un podo orthésiste compétent, et réellement portées ; une rééducation bien suivie par un kinésithérapeute attentif. Et les séances prolongées par votre médecin généraliste le temps nécessaire ; le médicament suivi correctement (l’ART 50 n’agit qu’au bout de trois mois ! il faut en faire une cure de six mois) ; les genouillères portées pour les moments difficiles. Les kilos superflus perdus ?

Si les douleurs s’étaient bien  améliorées mais reviennent quelques années après ?

Avez-vous refait des semelles neuves régulièrement ? N’avez-vous pas pris quelques kilos ? Ils vaut mieux consulter à nouveau : de nouvelles séances de rééducation seront peut être nécessaires, voire une nouvelles cure d’ART 50.

Si ce traitement a été bien suivi et que vos douleurs persistent, il faut reconsulter. 

Dans de rares cas, on pourra envisager une intervention visant à limiter le frottement de votre rotule (libération et recentrage de la rotule sous arthroscopie par section de l'aileron rotulien externe).

 

 

 

Comment nous joindre

CLINIQUE DU GENOU

Place Victor Hugo

(ex Trocadéro)

68, rue BOISSIERE

75116 Paris

métro

VICTOR HUGO

 

Téléphone :

France  : 01 53 36 82 82

De l'étranger :

0033 1 53 36 82 82

En cas de nécessité d'une consultation URGENTE, signalez le lors de la prise de rendez-vous !

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.