CLINIQUE DU GENOU
CLINIQUEDU GENOU

Que sont les Ménisques ?

QUE SONT LES MENISQUES ?

La nature a ingénieusement placé au centre du genou deux coussinets amortisseurs, les MENISQUES.

Situés entre le fémur et le tibia, il s’agit de deux galettes de CARTILAGE ELASTIQUE. C’est un cartilage 
« caoutchouteux », indépendant du cartilage qui recouvre l’os dans l’articulation.

Il existe un MENISQUE INTERNE ou MEDIAL (en forme de « C ») et un MENISQUE EXTERNE ou LATERAL (en forme de « O »).

Les ménisques ont pour rôle d’absorber les chocs lorsqu’on saute, lorsqu’on marche. Par ailleurs, ils répartissent le liquide articulaire (synovial) dans l’articulation. Et ils contribuent à la mobilité harmonieuse (et fort complexe) du genou.

Les ménisques ont donc un rôle important dans le genou. Leur lésion est fréquente et doit être réparée. 

Jadis, les vieux chirurgiens ouvraient le genou et enlevaient les ménisques. Cette époque est révolue ! Grâce à la micro chirurgie par arthroscopie, on peut désormais stopper une déchirure méniscale par une intervention rapide, l’arthroscopie.

<< Nouvelle zone de texte >>

LES LESIONS MENISCALES

La lésion la plus fréquente est celle du 
MENISQUE INTERNE. Il peut se déchirer lors d’un accident sportif (football par exemple).
Mais il peut s’abîmer aussi :
- lors d’une POSITION A GENOU PROLONGEE (bricolage, jardinage, plombier, carreleur, poseur de moquette et de parquet),
- lors d’une position en tailleur (position de « lotus » en yoga),
- lors d’un faux mouvement en se relevant d’une position accroupie,
- lors d’un faux mouvement en glissant et en se rattrapant dans un escalier,
- en poussant une voiture, une palette,
- ou sans choc notable sur un genou déjà arthrosique ou sur un ménisque déjà "dysplasique" ou "dégénératif", c'est à dire usé.

Le ménisque interne peut parfois se déchirer et se retourner dans l’articulation, telle l’anse d’un seau, et vient bloquer le genou. C’est le blocage méniscal.

La partie arrière du ménisque interne ou « CORNE POSTERIEURE » est la plus souvent atteinte.

Le MENISQUE EXTERNE est plus rarement atteint. Les causes de lésions sont à peu près les mêmes que pour le ménisque interne. C’est ici la CORNE ANTERIEURE et le SEGMENT MOYEN qui sont le plus souvent touchés.

Le ménisque externe est souvent le siège d’un kyste qui prolonge la fissure méniscale. 

Le ménisque externe a parfois une forme originale, dite « discoïde », qui peut aussi être le siège de lésions variables.

Le principal problème d’une fissure du ménisque est qu’elle NE CICATRISE JAMAIS. Contrairement à la peau qui se régénère grâce aux vaisseaux sanguins qui la traverse, le ménisque n’est pas vascularisé. Il ne cicatrise donc pas. Une fissure, comme sur un mur, ne peut que s’agrandir avec le temps si on ne fait rien pour l’en empêcher.

C’est pourquoi il est indispensable de faire le bon diagnostic lors d’une lésion méniscale.

 

COMMENT FAIT ON LE DIAGNOSTIC DE LESION MENISCALE ?

Le patient a ressenti une douleur sans parfois pouvoir la rattacher à un traumatisme. Car la douleur survient parfois quelques heures après le phénomène déclenchant, aggravée par un épanchement du genou.

Le patient boitille quelques jours. Puis oublie ce méchant épisode. La plupart du temps le diagnostic est passé inaperçu, même s’il a consulté un médecin généraliste qui lui a évoqué une « tendinite » ou une "arthrose" et l’a mis sous anti-flammatoires… 

Mais la lésion méniscale continuera immanquablement à s’étendre, telle une feuille de papier qui continue à se déchirer. Et les douleurs finiront toujours par revenir, épisodiques.

Le patient souvent consulte et reconsulte jusqu’à ce qu’il tombe sur quelqu’un qui l’examine vraiment : la simple palpation de la zone fissurée déclenche une gène, une douleur ou même un cri (le « cri du ménisque » !). Il faut d’emblée songer à ce diagnostic, qui sera confirmé par une IRM (imagerie par résonance magnétique, radio spécialisée).

L’IRM est facilement disponible de nos jours. On ne doit plus faire d’arthrographie pour dépister une lésion méniscale (car douloureuse et inutile). De même, la simple radio osseuse ne montre rien car elle ne montre pas les ménisques !

 

EST-CE UNE URGENCE CHIRURGICALE ?

Non ! Une lésion méniscale simple doit être traitée rapidement, mais pas en urgence. Seul le BLOCAGE méniscal justifie une intervention encore plus rapide. Ce blocage intervient lorsqu’un fragment de ménisque déchiré vient se coincer entre les os et coince l’articulation.

 

REPARE-T’ON UN MENISQUE ?

Au sens propre du terme non. La plupart du temps, le traitement d’une lésion méniscale consiste à ENLEVER LE PETIT BOUT DE MENISQUE DECHIRE par une ARTHROCOPIE. On n’enlève JAMAIS TOUT LE MENISQUE, mais seulement la zone fissurée pour qu’elle ne s’étende pas. Mais cette zone NE REPOUSSE PAS. Il faut donc en enlever le minimum, et c’est le travail du chirurgien entraîné. C’est la 
« MENISCECTOMIE PARTIELLE ET ECONOME ». On vit très bien avec un petit bout de ménisque en moins. 

Enlever un bout de ménisque, ce n’est pas le recoudre ou colmater la fissure : on ne le « répare » donc pas réellement mais on limite le risque d’aggravation.

Très rarement, certaines déchirures fraîches peuvent être suturées ou fixées. C’est une micro chirurgie aux indications limitées et aux suites contraignantes (cannes, longue abstinence sportive, résultat assez aléatoire…)

 

QUELLES SONT LES SUITES DE L’ARTHROSCOPIE POUR LESION MENISCALE ?

Le patient boitille quelques jours. Il peut reprendre son travail rapidement, mais le sport est interdit entre six semaines (ménisque interne) à trois mois (ménisque externe). Seule la natation est autorisée dès un mois.

Pendant le premier mois, l’opéré doit mener une vie calme. Il peut marcher, conduire sa voiture, mais il doit éviter de se mettre à genou, de plier à fond le genou, de s’accroupir, de se mettre en tailleur.

Les cannes ne sont utiles que pour ne pas se faire bousculer dans le métro...

Des petites douleurs en éclair peuvent traverser le genou une fraction de seconde de temps en temps, jusqu’au sixième mois. Elles sont dues à la cicatrisation lente des filets nerveux réséqués lors de la méniscectomie. Une gène peut aussi être ressentie les premiers mois lorsque le temps passe à l’orage, ou qu’il devient froid et humide.

On se remet d’autant plus rapidement de la méniscectomie qu’on est jeune et sportif. Cela signifie que plus les années passent et plus il faut être patient… 

Y'A T'IL UN RISQUE D'ARTHROSE A LONG TERME ?

Oui, ce risque existe, et c'est pourquoi le chirurgien doit être expérimenté pour enlever le MINIMUM de ménisque, et opérer sans rayer le cartilage...

A la CLINIQUE DU GENOU, nous recommandons le port de semelles amortissantes sur mesure après les méniscectomies, surtout chez les sujets jeunes, pour limiter encore plus ce risque théorique.

 

Comment nous joindre

CLINIQUE DU GENOU

Place Victor Hugo

(ex Trocadéro)

68, rue BOISSIERE

75116 Paris

métro

VICTOR HUGO

 

Téléphone :

France  : 01 53 36 82 82

De l'étranger :

0033 1 53 36 82 82

En cas de nécessité d'une consultation URGENTE, signalez le lors de la prise de rendez-vous !

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.